Chez Air Berlin, les employés doivent maintenant renoncer

Le chef de l’Air-Berlin, Winkelmann, doit économiser de l’argent dans l’ensemble de la société. Maintenant, les employés doivent contribuer à la réhabilitation. Ver.di est impliqué, mais un petit syndicat a beaucoup à faire face.

Maintenant, ce sont aussi les employés. La compagnie aérienne Air Berlin désire les conventions collectives de son effectif. Dans une lettre adressée aux employés du WELT, le syndicat confirme à Ver.di qu’ils «procéderont rapidement à la négociation collective pour les trois unités d’affaires».

Les accords salariaux pour la technologie, le sol et le personnel de cabine doivent être négociés, selon la lettre. Afin de maintenir les emplois, il est important que les coûts de l’opération de vol ne soient pas supérieurs aux «concurrents bien connus avec des bases d’équipage en Allemagne». Dans le Klartext, cela signifie que les salaires des employés d’Air Berlin devraient s’adresser aux transporteurs low-cost.

La direction et le syndicat se sont mis d’accord sur cette étape, selon les milieux syndicaux. C’est la seule façon de garder les emplois.

Les pilotes devraient également gagner moins

Les pilotes pourraient bientôt travailler sur de nouvelles conditions. Déjà jeudi dernier, la direction d’Air Berlin avait invité le Pilotengewerkschaft Vereinigung Cockpit (VC) à dialoguer.

Le contenu a été réduit au silence, explique Markus Wahl, porte-parole de VC. Seulement tellement: “L’association Cockpit est avec la direction d’Air Berlin en discussions sur l’avenir des emplois”.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *